Chiffrement de messagerie quasi instantanée : à quel protocole se vouer ? – Partie 2/2

3. Des divergences entre Signal et le protocole OMEMO

Signal et le protocole OMEMO sont par certains aspects très similaires. Certaines implémentations d’OMEMO utilisent, en effet, la bibliothèque cryptographique libsignal [libS] d’Open Whisper Systems, la société éditrice de Signal. Ses usages sont cependant cantonnés aux échanges de clés X3DH et à la maintenance des secrets avec Double Ratchet. Les points de divergences entre Signal et les implémentations d’OMEMO se situent donc sur les points suivants : les identifiants et l’architecture réseau, l’infrastructure de gestions de clés, l’usage qui est fait de ces clés, l’existence de documentation de qualité et la capacité à auditer le protocole.

Lire la suite

Chiffrement de messagerie quasi instantanée : à quel protocole se vouer ? – Partie 1/2

Telegram, WhatsApp, Signal, OTR… et autant de protocoles de messagerie quasi instantanée, de modèles de sécurité et de protocoles cryptographiques : lesquels choisir ? Et si la solution idéale n’était pas dans la liste précédente ? Cet article évoque les limites de plusieurs de ces solutions, et présente le cœur cryptographique de Signal, WhatsApp et du protocole OMEMO. Il met finalement en exergue, par une analyse comparative, certaines limites de Signal et des qualités d’OMEMO.

Chiffrement des messages de bout en bout ou chiffrement du canal, qualité des algorithmes cryptographiques et de l’authentification des pairs, confidentialité persistante (Perfect Forward Secrecy ou PFS) ou non, fiabilité de l’équipement faisant tourner la solution, limitation de l’exposition des métadonnées, fuite du carnet d’adresses, localisation des serveurs, capacité à dénier l’envoi d’un message : des critères rarement considérés par les utilisateurs de messagerie. Leurs véritables critères de sélection sont souvent la taille du réseau social joignable, la facilité d’utilisation, l’accessibilité de la solution sur l’équipement de l’utilisateur ou encore la liste des services annexes. Un constat compréhensible, puisque la première liste est formée de critères abscons et rarement absolus, tandis que la seconde liste affecte l’usage quotidien.

Lire la suite