MISC n°80 : l’édito !

« Il y a 40 ans, les climatologues sont sortis de leur labo pour parler du changement climatique… Et vous ? » [1]

Stagiaire durant l’été 2001 dans un cabinet de conseil en sécurité des systèmes d’information, je m’étais vu confier la tâche de répondre aux questions des journalistes pour toutes les demandes d’information sur « Code Red », le dernier virus à la mode. Pour les plus jeunes de nos lecteurs (ou les plus âgés atteints de pertes de mémoire), il s’agissait d’un virus infectant les serveurs Microsoft IIS grâce à un « buffer overflow » exploitable à distance.

Au cours de l’entretien téléphonique d’une dizaine de minutes, je me suis vu expliquer à une journaliste particulièrement sympathique – mais de toute évidence béotienne – qu’en raison de la nature de la vulnérabilité, aucune action de l’utilisateur n’était requise pour contracter le virus. Contrairement à une infection comme « I love you », la contamination n’était pas la conséquence d’une imprudence de l’utilisateur, mais pouvait survenir alors que personne ne se trouvait devant sa machine, par exemple en pleine nuit ou pendant un week-end.

Deux jours plus tard, j’achetais dans le premier kiosque le quotidien dans lequel la journaliste m’avait promis de me citer nommément pour y lire « Cédric Foll indique que Code Red peut infecter un ordinateur éteint ».

Quelques années plus tard, alors que j’étais RSSI dans une grande administration, je répondais au débotté entre deux réunions avec des commerciaux, à un journaliste de 01informatique me demandant par téléphone ce que je pensais de la menace des botnets. Pas spécialement inspiré sur le moment, considérant l’échange comme étant informel et ne voulant pas faire attendre la seconde équipe de commerciaux patientant devant mon bureau, je répondais en substance que la problématique des botnets m’en touchait une sans faire bouger l’autre. Quelques semaines plus tard, parcourant distraitement la presse spécialisée, je m’étranglais en découvrant un verbatim approximatif de notre échange et quelques phrases mises en exergue comme « nous n’avons aucune stratégie de défense pour le cas où nos machines seraient embrigadées dans un réseau botnet » [2].

Ces deux expériences malheureuses m’ont agacé sur le moment, mais, à la décharge des journalistes, j’ai certainement fait preuve d’un manque de clarté et de pédagogie dans le premier cas [3] et d’une certaine désinvolture (voire d’une extrême naïveté) dans le second.

Pourtant, ce qui est à mon sens le plus désespérant, ce n’est pas la méconnaissance de l’informatique par certains journalistes ou leurs pratiques parfois malicieuses, mais l’absence dans les médias d’experts lorsque des sujets tels que les codes malveillants ou la surveillance de masse sont abordés. Les spécialistes invités font certainement autorité dans leur cercle familial lorsqu’il faut installer un anti-spyware, mais un ancien vendeur de chez Surcouf n’est pas forcément le mieux placé pour porter un avis éclairé sur la sécurité des systèmes d’information. Il serait facile de faire porter la responsabilité sur les journalistes, gogos ne sachant pas discerner un spécialiste au milieu des amateurs, mais comme le regrettait Martin Untersinger dans la conférence de clôture de SSTIC « ceux qui nous parlent veulent nous vendre des trucs, ceux à qui on voudrait parler ne nous parlent pas ».

Il est donc nécessaire que nous fassions un effort de pédagogie et de vulgarisation pour ne plus laisser l’espace médiatique confisqué par de pseudo-experts présentant un ouvrage sur le langage C++ comme un manuel de terrorisme numérique [4], Internet comme un Far West, le « cryptage », un outil pour les pirates ou que, pour éviter les problèmes, il suffit d’acheter l’antivirus conseillé par le vendeur.

N’oublions pas que les énormités qui peuvent être relayées dans les médias touchent le grand public comme les décideurs économiques et les politiques. Concourir à ne pas laisser diffuser des messages erronés par méconnaissance ou pire, biaisés par les lobbyistes est un enjeu pour nous tous.

Cedric Foll / cedric@miscmag.com / @follc

[1] Phrase tirée de l’excellente conférence de clôture de SSTIC 2015 par @martin_u

[2] Magie de l’internet, c’est toujours en ligne : http://pro.01net.com/editorial/502782/les-entreprises-sous-la-menace-de-cyberguerre/

[3] Oui, je suis vraiment magnanime…

[4] http://www.arretsurimages.net/breves/2010-07-27/L-etrange-document-terroriste-de-l-expert-Jacquard-F5-id8790